Karin Huber

Je m’appelle Karin

47 ans, vit avec un handicap visuel.

La caractéristique du genre «femme» a bien sûr une influence considérable sur ma situation. En tant que personne atteinte d’un handicap visible et de sexe féminin, je suis malheureusement souvent exposée à des comportements indésirables, voire au harcèlement. Au premier plan se trouvent les interpellations indésirables ou autres prises de contact. Je me sens donc souvent stressée lorsque je suis dans la rue ou dans les transports publics.

Notre vie privée et notre autodétermination sont moins respectées que dans le cas de personnes identifiées comme homme.

Comment gérer cette situation

Ma stratégie consiste à donner l’impression d’être le plus sûr de moi possible. Pour cela, je fais attention à mon apparence et je m’habille avec soin et élégance, car j’ai constaté que les gens me traitent alors avec plus de respect.

Respect de la vie privée et de l'autodétermination

Je pense que dans notre société patriarcale, les femmes ou les personnes identifiées comme femme sont fondamentalement désavantagées dans de nombreux domaines. Le fait d’être abordée de manière non désirée n’en est qu’un exemple parmi tant d’autres. C’est une expression du fait que l’on semble pouvoir disposer des femmes avec handicap. Notre vie privée et notre autodétermination sont moins respectées que dans le cas de personnes identifiées comme homme.

Conseil: que dire à une jeune fille avec handicap qui découvre la vie?

En tant que femme avec handicap, il est important d’être consciente des structures validistes et sexistes présentes dans notre société. Ce n’est qu’en se penchant sur les stéréotypes et les représentations de rôles que l’on peut les reconnaître au quotidien et peut-être mieux les combattre.

Plus d'articles à ce sujet

Femmes
Suna Kircali
Porträt
Portrait

Je m’appelle Suna

Retour en haut