Je m’appelle Peter

Mon expérience du validisme est diverse Je l’ai vécu dans ma famille et dans mes proches, dans mon cercle de collègues et d’ami-es, mais actuellement surtout dans la société. Cela me blesse et me donne un grand sentiment d’impuissance.

Mais je ne me laisse pas décourager et je continue à mener mes affaires. C'est ce qui compte le plus pour moi.

Avant, au sein de ma famille et de mes proches, on me disait souvent qu’à cause de mon handicap, je ne pouvais pas faire, dire ou faire telle ou telle chose. Ou que cela ne serait pas rentable et que cela demanderait trop d’efforts aux autres. J’ai également été confronté au validisme de la part de mes collègues et mes ami-es. Subtilement, par des remarques ou dans leur comportement.

Ma scolarité n’a pas été facile et il m’est difficile de tracer une frontière entre harcèlement et validisme. J’ai été témoin de violences physiques et psychologiques, et parfois même d’actes de cruauté inhumains. Pour cette raison, j’ai eu beaucoup de mal à contrôler ma colère et mon agressivité pendant la puberté et jusqu’au début de la vingtaine.

En ce moment, je suis souvent confronté au validisme dans la société: en politique, lors de rencontres, lors de rendez-vous et lorsqu’il s’agit de sexualité.

Heureusement, je reçois aussi beaucoup de retours positifs et je vis de belles expériences dans tous les domaines de la vie.

Comment faire face au validisme?

Je ne me laisse pas décourager et je continue à mener mes affaires. Néanmoins, je pense que chacun-e d’entre nous devrait toujours se remettre en question, réfléchir sur soi-même et tirer des leçons.

J’ai fait mentir la plupart de mes proches en réduisant à néant leurs préjugés. Heureusement, mes ami-es et collègues en ont tiré des leçons. Aujourd’hui, je me sens accepté et respecté.

Entre 12 et 22 ans, j’ai vécu beaucoup de choses et j’ai travaillé sur moi, parfois avec l’aide de professionnel-les. J’ai évolué et je suis satisfait de moi-même, car cela a porté ses fruits pour moi et mon entourage.

En ce moment, je vis à nouveau un bouleversement. Je pose de nouveaux jalons dans certains domaines de ma vie ou je suis confronté à de nouveaux défis. Pour assimiler tout cela et pour réfléchir sur moi-même, je me tournerai peut-être à nouveau vers l’aide de professionnel-les.

J’essaie toujours de m’asseoir dans le «Driver-Seat», dans le siège du conducteur. Je garde une attitude positive et proactive, même si se laisser entraîner sur une pente négative est parfois tentant.

Mon conseil:

Et même si ce n’est pas toujours facile: rester soi-même. Accepter les critiques. Si elle sont pertinentes, travailler dessus; sinon, lâcher prise. Vivre ses rêves et ses désirs, et rester positif.

Pour assimiler les expériences vécues et pour réfléchir sur soi-même, je recommande de faire appel à une aide professionnelle.

Plus d'articles à ce sujet

Validisme
Bundeshaus Bern
Article
Contribution

Le Conseil fédéral reconnaît la nécessité d’éliminer de la Loi sur l’assurance-invalidité les termes péjoratifs et dégradants, tout en remettant un éventuel correctif aux calendes grecques!

Saphir Ben Dakon
Porträt
Portrait

Je m’appelle Saphir

Damian Bright an der Jubiläumsfeier Assistenzbetrag von Agile ©Mark Henley/Panos Pictures
Porträt
Portrait

Je m’appelle Damian

Maud Theler
Artikel
Article

Les mots sont trompeurs

Simone Leuenberger © Marion Nitsch/Lunax
Standpunkt
Point de vue

Le pouvoir de mots: l’exemple de «malgré»

Bild mit Schrift Non au validisme! von einer Agile Konferenz in Bern, Juli 2022 © Agile/Mark Henley
Artikel
Article

Ces mots qui alimentent le validisme

Retour en haut